Quelle surface pour vos bureaux ?

Comment évaluer la surface nécessaire au confort des collaborateurs dans la réalisation de leurs tâches quotidiennes ? Découvrez-le dans cet article !

lire l'article surface bureaux covid

Comment évaluer la surface nécessaire au confort des collaborateurs dans la réalisation de leurs tâches quotidiennes ? Une question épineuse qui appelle une réponse ciblée tenant compte de la nature des activités, de la dynamique des interactions dans l’entreprise et de l'évolution des modes de travail.   

La surface de travail idéale : une question cruciale pour les DET   

Les directeurs de l'environnement de travail (DET), aussi appelés Facilities Manager, sont en quête constante de solutions pour améliorer le confort des collaborateurs. Leur objectif ? Proposer un environnement flexible, propice au travail en équipe et aussi peu contraignant que possible. Dans une enquête réalisée à l'initiative de l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID) et de l’ARSEG (Association des DET), ces professionnels de terrain ont évalué leurs priorités.  

Interrogés en 2016, 87 % des directeurs s'étaient déclarés particulièrement attentifs à la surface de travail par personne. Une part qui s’élevait déjà à 92 % s’agissant de la mise à disposition des espaces partagés.   

Une préoccupation grandissante alors que l'évolution des modes de travail tend vers la généralisation du coworking, du flex office et du télétravail. Des pratiques qui permettent aux entreprises d’optimiser la surface des locaux professionnels.  

Latifa Hakkou, présidente de l’association des directeurs de l'environnement de travail, rappelle que cette tendance, déjà bien installée, a démontré tous ses avantages durant la crise sanitaire et devrait trouver un écho favorable auprès des chefs d'entreprise dans un contexte de réduction des coûts. Mais jusqu'où peuvent-ils aller?   

Superficie minimale en bureau collectif : que dit le code du travail ?   

Si le code du travail n’impose pas de surface minimale, il définit un cadre de mesures d’hygiène et de sécurité qui recoupent certaines exigences de superficie. La norme Afnor NF X 35-102 sert à ce titre de cadre de référence. Les dimensions nécessaires évoluent selon plusieurs paramètres :   

  • la population-cible : personnel de bureau, d'entretien, de service et, le cas échéant, les visiteurs et les clients ;  
  • la nature des activités ;  
  • les différents équipements et leur niveau d'encombrement ;   
  • la posture de travail avec un agencement qui favorise les mouvements ;  
  • l'adaptabilité des postes de travail afin de pallier rapidement les éventuels aléas de circonstance.   

La surface globale minimale comprend à la fois les espaces à destination individuelle et collective. Sur un poste individuel, le collaborateur doit disposer d’unespace de débattement suffisant pour effectuer, sans entrave, les mouvements liés à la réalisation de ses tâches quotidiennes : accès au mobilier et équipement d'utilisation permanente et/ou occasionnelle. L’espace de circulation doit quant à lui garantir le passage simultané d’au moins une à deux personnes. Les espaces dédiés à la communication doivent pouvoir remplir leur fonction en fluidifiant les échanges verbaux, visuels et gestuels entre les collaborateurs. La norme précise par ailleurs que la répartition des surfaces des locaux professionnels doit aussi tenir compte des contraintes physiques comme le passage de câbles et canalisations et architecturales.   

Calcul de la surface de bureau minimale   

Pour satisfaire ces différentes exigences, la norme NF X 35-102 recommande une surface minimale de 10 m2 par personne. Une valeur applicable en bureau individuel ou collectif. Ces dimensions indicatives doivent par ailleurs être pondérées en fonction de la nature des activités et des usages de la pièce. Dans un espace de travail impliquant des échanges fréquents entre collaborateurs, la surface minimale par personne passe à 15 m2.   

Concernant les dimensions du local dans son ensemble, la norme préconise différents schémas selon les configurations :   

  • une longueur inférieure à deux fois la largeur, pour les bureaux de surface inférieure à 25 m2 ;  
  • une longueur inférieure à trois fois la largeur, dans les locaux de plus de 25 m2 ;   
  • une hauteur libre entre plancher et plafond d’au moins 2,50 mètres à 2,70 mètres ;  
  • une largeur de circulation d’au moins 0,80 mètre par personne et d’au moins 1,50 mètre pour permettre à deux collaborateurs de se croiser sans encombre.   

Ces valeurs sont proposées en tenant compte des espaces consacrés aux placards muraux et aux armoires.   

Covid-19 : la norme NF X 35-102 évolue   

Pour accompagner les employeurs, la commission de normalisation entend «fournir des repères pour proposer des conditions de travail optimales dans les bureaux du 21ème siècle, en répondant aux enjeux de santé, de sécurité et de confort des utilisateurs ». (Communiqué de presse Afnor, La pandémie fait évoluer la norme NF X35-102 "Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux"2020) 

Il s’agit de donner les moyens aux entreprises de faire face à des crises majeures, alors que la pandémie liée à la propagation du Sars-CoV-2 avait stoppé net la plupart des activités en bureaux collectifs. Ce travail collaboratif met autour de la table des professionnels dans plusieurs domaines. Les architectes, les psychologues ou encore les acousticiens visent un panel de solutions ergonomiques répondant également aux problématiques soulevées par la généralisation du télétravail. Les résultats devraient aboutir à la révision de la norme X 35-102.    

 

D'autres articles qui peuvent vous intéresser

Cap Gallargues Article Œil 2024 Arthur Loyd

Cap Gallargues, naissance d’une zone d’activités partenariale

Montpellier Méditerranée Métropole, la Communauté de communes Rhôny-Vistre-Vidourle et la commune de Gallargues s’unissent pour remplir ce parc de 25 ha, dont les travaux d’aménagement démarreront en 2025

Photo entrepôts logistiques

L’immobilier logistique aux avant-postes de la conjoncture

Avec 491 100 m² commercialisés au premier trimestre 2024, le marché français de l’immobilier logistique a enregistré l’un de ses plus faibles scores pour un début d’année. En repli de 50 % par rapport à un premier trimestre 2023 particulièrement dynamique, la demande placée s’établit tout de même en baisse de 33 % par rapport à sa moyenne décennale.

Toutes nos offres :
Bureaux, locaux commerciaux, locaux d'activité et terrains, ...

Nous utilisons des cookies et autres traceurs pour analyser et améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques de mesure d’audience et vous permettre de lire des vidéos. Vous pouvez à tout moment modifier vos paramètres de cookies en cliquant sur le bouton « Personnaliser ». En cliquant sur le bouton « Tout accepter », vous acceptez le dépôt de l’ensemble des cookies. Dans le cas où vous cliquez sur « Personnaliser » et refusez les cookies proposés, seuls les cookies techniques nécessaires au bon fonctionnement du site seront déposés. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page « Charte de données personnelles ».