La semaine de travail de quatre jours

Travailler 4 jours au lieu 5, bénéficier de 3 jours de repos et conserver son salaire. Une démarche d'aménagement du temps visant à favoriser le bien-être au travail et la productivité.

Un concept déjà testé par plusieurs pays et adopté par quelques entreprises en France.

Un passage qui doit néanmoins être progressif pour que les collaborateurs puissent avoir le temps de s'adapter à de nouvelles méthodes de travail.

lire la parution femme qui travaille sur un ordinateur portable

Le fonctionnement de la semaine de 4 jours

L'élément fondateur de cette nouvelle organisation professionnelle est le fait de pouvoir profiter d'un jour "off" supplémentaire par semaine.

Il existe néanmoins deux manières d'appliquer ce modèle :

 

Réduire le temps de travail hebdomadaire

Les chefs d'entreprise peuvent simplement décider de réduire le nombre d'heures de travail hebdomadaire de 35 à 32 heures. Cela reviendrait à travailler 8 heures par jour en bénéficiant d'un jour de congé supplémentaire.

 

Augmenter le temps de travail journalier

La deuxième solution, pour des secteurs dans lesquels il serait plus compliqué de réduire le nombre d'heures de travail par jour, serait de répartir les 35 heures hebdomadaires sur 4 jours.

 

4 jours de travail par semaine : Projet pilote de 6 mois au Royaume-Uni

Après une crise sanitaire qui a déjà majoritairement transformé l’organisation du travail avec, notamment, la mise en place du télétravail, des milliers de travailleurs britanniques issus d’activités diverses travaillent désormais 4 jours par semaine tout en conservant le même salaire.

" 4 Day Week Global" est un projet de 6 mois destiné à s'assurer que la baisse du temps de travail amenée à améliorer la qualité de vie des collaborateurs n'entrainera pas pour autant une baisse de rentabilité pour les entreprises.

 

Une idée à l’étude dans d'autres pays voisins

Plusieurs voisins du Royaume-Uni ont déjà été tenté par l’expérience.

L’Islande, précurseur de ce nouveau modèle avait mené un programme identique sur 1% de sa population entre 2015 et 2019. Depuis, la majorité de la population active profite de ce nouvel aménagement de temps de travail. L’Espagne et la Belgique l'ont également mis en place début 2022.

Enfin, l'Écosse et le Pays de Galles prévoient d'expérimenter la semaine de 4 jours en 2023.

La Suède et la Finlande émettent quant à elles des réserves, craignant que ce type d'organisation engendre de trop nombreux coûts.

En France, une étude "People at Work 2022" révèle que 6 travailleurs français sur 10 aimeraient passer à la semaine de 4 jours et que près d'un tiers d'entre eux accepteraient une légère baisse de salaire en échange de plus de temps de vie perso.

 

Travailler 4 jours par semaine : une nouvelle vie pour les salariés et les entreprises ?

Les collaborateurs séduits par la semaine de 4 jours sont convaincus que cette dernière correspond mieux au monde du travail et aux défis sociaux actuels.

 

Une organisation du travail revisitée

D’après une étude menée par Asana, outil professionnel de gestion des tâches, le temps « perdu » au travail par les collaborateurs équivaudrait à un jour par semaine.

Ainsi, la semaine de 4 jours permettrait de s’organiser et de se concentrer davantage sur les tâches professionnelles indispensables.

Des études montrent d’ailleurs une réduction notable des temps passés à consulter ses réseaux sociaux, passer des appels perso ou envoyer des sms sous le modèle anglais du 100-80-100 : 100% du salaire et 80% de temps de travail et 100% de productivité.   

 

Plus de productivité, moins de stress

Selon les premières conclusions rendues par deux groupes de réflexion islandais et britannique, la productivité et la qualité de travail attendus sont restés intacts sur l’ensemble des activités étudiées.

D’avantage motivés par une semaine plus courte, les salariés en ont également tiré de nombreux avantages personnels.

 

Des coûts immobiliers optimisés

Avec un jour de travail en moins et la mise en place du télétravail partiel pour l'ensemble des collaborateurs, il est envisageable pour l'entreprise de réduire ses m2 en optant pour une organisation en flex-office voire, de partager ses locaux professionnels avec une entreprise tiers en alternant les jours de présence.

De leurs côtés, les nombreux frais liés au bureau (électricité, eau, frais d'entretien...) diminuent inévitablement  avec la baisse de fréquentation.

 

Réduction du temps de travail : de beaux jours pour l’emploi ?

Faut-il vraiment passer à une semaine de 4 jours payée 5 ?

Une proposition théorisée par le député Pierre Larrouturou dans les années 90 pour tenter de réduire le chômage et la précarité.

 

Une organisation de travail plus saine

À l’ère où les journées de travail sont trop denses et envahissent de nombreux pans de la vie personnelle, « comment travailler plus efficacement ? », plutôt que « comment travailler davantage ? »

Une nouvelle manière d’envisager le travail qui demande un temps d’adaptation certain mais qui permet de se concentrer sur des résultats plus concrets que le temps passé à travailler.

Une phase expérimentale qui vise également à examiner l’impact de cette nouvelle organisation sur l’emprunte carbone des entreprises.

 

Un argument de taille pour l’attractivité de certaines entreprises

Certaines TPE ou PME ne sont aujourd’hui pas en mesure de proposer des avantages ou salaires aussi attractifs que les grandes et très grandes entreprises. La semaine de 4 jours permet ainsi d’offrir une gratification sous forme de « temps pour soi ».

Un avantage concurrentiel favorable à l’attraction de nouveaux talents et notamment des nouvelles générations pour qui l’équilibre vie pro / vie perso pèse énormément dans la balance.   

 

Des obstacles économiques

Néanmoins si les anciens rythmes de travail s’effondrent peu à peu avec la pratique généralisée du télétravail, la réduction des temps de production pourrait couter cher aux entreprises.

Par exemple, les surcoûts salariaux (hausse du salaire horaire) engendrés par le passage des 39 heures aux 35 heures de travail dans les années 2000 avaient eu des conséquences économiques notables : entre 11 et 13 milliards d’euros pour les finances publiques selon la direction du budget. Des effets susceptibles de se reproduire avec un passage à 32 heures sur quatre jours par semaine.

 

 

Pour que la semaine de 4 jours fonctionne, il est essentiel que les entreprises réfléchissent à une meilleure gestion de la charge et du rythme de travail de leurs collaborateurs. Mais quid des métiers qui ne seraient pas compatibles avec ce type d’organisation ? De nombreux enjeux restent encore à identifier et à solutionner avant de pouvoir affirmer que cette réduction du temps de travail apporte une réponse globale aux nombreuses problématiques du monde professionnel.

De récentes études révèlent néanmoins d’ores et déjà un impact positif sur les maux de la société actuelle, liés au travail, comme le stress et le burn out.

D'autres parutions qui peuvent vous intéresser

Couverture indispensable du marché investissement T2 2022 IDF

L'indispensable du marché de l'investissement | Ile-de-France T2 2022

Malgré un contexte géopolitique mouvementé et une situation économique incertaine, l’allocation en immobilier reste plébiscitée par les investisseurs mais la répartition par typologie d’actifs évolue : si le bureau reste privilégié, le volume investi baisse sensiblement. Le commerce connait un excellent 1er semestre et affiche une hausse de 40 % par rapport à sa moyenne à 10 ans. Enfin, les ventes unitaires d’entrepôts logistiques ont bondi pour un marché d’ordinaire en manque de produits.

Homme effectuant un achat en ligne

L’impact des dark stores sur l'immobilier commercial

Les Dark Stores : un phénomène en pleine effervescence depuis la pandémie, face à des consommateurs français de plus en plus friands de ce mode de livraison rapide.

Couverture indispensable du marché T2 2022 IDF

L'indispensable du marché bureaux | Ile-de-France T2 2022

La recherche de centralité des utilisateurs exerce une pression sur les valeurs locatives, en effet, le loyer prime de Paris QCA remonte à 920 €/m2/an au T2. Les mesures d’accompagnement demeurent également élevées, notamment dans les secteurs de périphérie et permettent aux utilisateurs d’atténuer l’impact de la hausse des loyers faciaux.

Toutes nos offres :
Bureaux, locaux commerciaux, locaux d'activité et terrains, ...