BLB Vignobles : à Combaillaux, de la RSE dans le vignoble

Discret acteur viticole basé à Combaillaux, aux portes de Montpellier, BLB Vignobles (des initiales du propriétaire œnologue Bruno Le Breton), spécialisé dans la vente de bouteilles par correspondance, est engagé dans une démarche RSE exemplaire, depuis une dizaine d’années : première exploitation HVE (Haute Valeur Environnementale) de l’Hérault en 2013, première entreprise viticole familiale ISO 26000 (RSE) en 2015, première société à mission vitivinicole familiale en 2021.

lire l'article Photo vignobles crépuscule

Commercialisant les vins de Montlobre, des Vignes des Deux Soleils ou de la Jasse, le domaine redouble d’ingéniosité pour diminuer l’impact environnemental : réduction du poids des bouteilles, de la taille des bouchons de liège et du volume d’emballages, captation de gaz, aménagement de retenues collinaires pour l’irrigation et la biodiversité, agroforesterie (500 arbres plantés : arbres de Judée, frênes, chênes truffiers, cerisiers, abricotiers) ou encore… utilisation de l’urine humaine dans le système de goutte-à-goutte pour fertiliser la vigne, avec Ecosec, société montpelliéraine. Avec la Scop Oc’Consigne, BLB Vignobles teste depuis août 2021 la bouteille consignée.  

 

Un système de vente par correspondance bien rôdé

« Les enjeux à traiter sont le réchauffement climatique, les ressources finies de la planète et la biodiversité, analyse-t-il. Pour ce faire, il y a deux approches : mettre en avant ce que l’on fait pour réduire l’impact, et mettre en avant ce qu’on fait pour contribuer positivement. Cette seconde approche est une façon de penser différente. Le secteur viticole a encore du mal à y être. »

BLB Vignobles emploie 12 salariés (cave, vigne, bureau), réalise 3 M€ de chiffre d’affaires, exploite 54 ha de vignes (sur 220 ha de domaine au total). Le modèle de vente par correspondance garantit une récurrence des commandes : pour 1 million de bouteilles, dont 95 % sont vendues à l’export, BLB Vignobles ne compte qu’environ 15.000 membres actifs en Europe ! « On veut se diversifier, en passant par des importateurs et des cavistes, et être un peu moins underground », glisse-t-il.  

D'autres articles qui peuvent vous intéresser

transition-energetique

Transition énergétique : pour ses 30 ans, l’Ademe insiste sur le rôle de ses relais et réseaux

La transition énergétique ne pourra réussir qu’à plusieurs. C’est l’enseignement du Rendez-vous des acteurs de la transition écologique en Occitanie, organisée le 8 mars à Toulouse par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), en présence de 200 professionnels issus des relais et réseaux, venant des 13 départements de la région. Une première, qui a aussi permis aux relais et réseaux de l’Ademe de lier connaissance en présentiel.

Photo aérienne La Grande Motte

Résidentialiser l’habitat des stations du littoral : une idée qui suit son chemin

Transformer en appartements de 2 à 4 pièces les studios-cabines obsolètes des stations du littoral – La Grande-Motte, Cap-Agde… -, en les fusionnant après réhabilitation : c’est l’idée portée par Xavier Bringer, directeur associé de M&A (Montpellier).

contournement-ouest-montpellier-debut-travaux

Le COM, maillon essentiel de la mobilité montpelliéraine, enfin sur les rails

Ce projet de barreau autoroutier fera la liaison, sur 6 km, entre la fin de l’autoroute A750, à Juvignac (nord de Montpellier) et l’A709 à Saint-Jean-de-Védas.

Toutes nos offres :
Bureaux, locaux commerciaux, locaux d'activité et terrains, ...