contact
téléphone

"Ma vie en télétravail" ... témoignage n°2

6 mai 2021

Dans le contexte actuel, le bureau représente parfois le seul lieu de sociabilité pour de nombreux salariés.

Femme, 51 ans, Directrice des Opérations (Europe), vit en couple dans une grande maison avec jardin en région parisienne (91)

"Depuis 1 an, je vis plutôt bien le télétravail car je me plais dans mon environnement : logement adapté et matériel adéquat. Cependant, malgré les meetings quotidiens (trop nombreux à mon goût), les réunions en présentiel et les déplacements à l’étranger me manquent.  

Cela fait 8 ans que je suis dans mon entreprise et j’étais déjà habituée à travailler depuis différents endroits avec mon ordinateur portable.

Le 100% distanciel ne m’a pas coupé de mes équipes, je pense au contraire qu’il nous a soudés durant la période de confinement. L’utilisation de teams avec la caméra nous a permis de garder le contact néanmoins, nous ne sommes toujours pas retournés au bureau et je dois régulièrement soutenir certains collaborateurs qui vivent très mal le manque de contacts physiques.  

Rien ne remplace une équipe qui partage des bureaux, un café, un déjeuner, un brainstorming… pour créer de vrais liens ! Aussi, on apprend toujours en écoutant ses collègues dialoguer au téléphone avec les clients ou les fournisseurs, on cerne d’avantage la personnalité des uns et des autres, on peut plus facilement déceler les faiblesses ou les atouts, être à l’écoute, se soutenir, rire !!  

Personnellement, j’ai dû gérer des mois compliqués avec ma manager avec qui pourtant je m’entendais très bien jusque-là. Elle projeté sa solitude et son stress sur les équipes sans s’en rendre compte et est devenue certains jours, totalement dénuée de compassion pour les équipiers malades ou déprimés.  

À la mise en place du télétravail forcé, je venais d’être promue et je n’ai eu aucun coaching à distance pour prendre en main ma nouvelle fonction. J’ai dû apprendre au jour le jour, encaisser les reproches souvent injustifiés et combler le manque de personnel passé en chômage partiel. Il m’a fallu déclarer un début de harcèlement moral aux ressources humaines pour que les choses se calment.  

La période que nous vivons actuellement m’a permis de prendre beaucoup de recul et d’apprendre beaucoup, sur moi, et sur les autres ! J’ai également réalisé à quel point manager des équipes à distance venant de différents pays avec différentes cultures était complexe. Il faut sans cesse adapter son message pour être compris et surtout, éviter les mauvaises interprétations.  

Le télétravail à bien évidement de très bons côtés, puisqu’il me permet de profiter un peu plus de ma famille et de ne pas perdre de temps dans les transports et les embouteillages mais on a vite fait d’oublier les pauses déjeuners ou de couper le soir à une heure raisonnable ! Aussi, je pense que ce mode de travail ne peut être efficace que si le lieu d’habitation offre un espace dédié, au calme. C’est un véritable luxe de travailler de chez soi quand on s’y sent bien !  

Lorsque l’on a la chance de collaborer avec des collègues avec qui l’on s’entend bien dans des bureaux agréables, je pense qu’il est essentiel de pouvoir conserver des moments en présentiel pour générer un esprit d’équipe et créer des liens forts.  

Je ne souhaiterais pas revenir 5 jours au bureau ! Mais selon moi, 3 jours de télétravail et 2 jours de bureaux / déplacements serait l’idéal."  

 

Les plus téléchargés

Le futur du travail à distance selon Simon Sinek

Simon Sinek - auteur & consultant - nous donne son point de vue d'expert sur le télétravail & son évolution.

"Ma vie en télétravail" ... témoignage n°1

Après 1 an de pandémie, de confinements répétés et de télétravail imposé, Arthur Loyd fait le point sur l’état psychologique des actifs français, l’organisation des entreprises et l’impact causé sur l’immobilier de bureaux.

UN AN DE COVID : impacts humains, organisationnels et immobiliers pour les entreprises

Envahissant nos habitations en mars 2020 et entrainant des modes d’organisation difficiles, le télétravail partiel s'impose comme une composante de la vie des entreprises dans le "monde d'après". Il est d'autant plus primordial pour les sociétés désireuses d’instaurer ce mode de travail à long terme, de rester vigilantes quant aux conséquences psychologiques et sociales que ce dernier pourrait entrainer chez les collaborateurs.