Le chèque bureau, une solution pour répondre aux coûts du télétravail

12 juillet 2021
femme qui télétravail dans un tiers lieux

La crise du covid-19 a indéniablement transformé nos façons de travailler et le télétravail est devenu une réalité pour 25% des actifs français. Mais face aux inégalités et risques d’isolement professionnel qu’un travail à distance mal organisé peut engendrer, un accord national interprofessionnel signé en novembre 2020 prévoit que ce dernier puisse être exercé dans des tiers-lieux.

Il existe en France près de 2 500 tiers-lieux occupés par plus de 150 000 personnes chaque jour et pas moins de 2 millions de travailleurs pour la seule année 2019 (source Le Figaro). Des chiffres qui tendent à augmenter d’ici 2022 avec la démocratisation du télétravail entrainant l’engouement des salariés pour ces espaces de travail confortables qui permettent de rompre la monotonie.  

Le « chèque bureau », une solution pour faciliter l’accès aux tiers lieux

Pour répondre à cette problématique, la Fondation « Travailler Autrement » propose la création d’un « chèque bureau » universel pour permettre aux salariés d’une entreprise, sur le même principe qu’avec un ticket restaurant, de payer l’accès à un tiers lieux de proximité en substitution du télétravail à la maison.  

Une initiative soutenue par trente-trois personnalités économiques, syndicales et politiques, dont Benoît Hamon, Myriam El Khomri ou encore Louis Gallois, ancien patron d’EADS, la SNCF et PSA.  

Pour quoi faire ?

Nous l'avons remarqué lors des périodes de confinement, le télétravail représente des coûts importants : achat de fournitures et matériel informatique supplémentaires, frais d’internet et de téléphonie, électricité… et implique parfois de devoir travailler dans de mauvaises conditions : nuisances sonores, mauvaise connexion internet, logements exigus, matériels inadaptés…  

Ainsi, les « chèques bureau » devraient pouvoir pérenniser les bienfaits du travail à distance tout en minimisant ses défauts et permettre aux territoires de redynamiser leur tissu économique local, plus de 50 % des tiers-lieux se situant aujourd’hui en dehors des 22 métropoles administratives* (source : Le Figaro).  

Un coût supplémentaire pour les entreprises ?

Concernant son financement, difficile pour les salariés comme pour les entreprises d’assumer le coût d’un autre bureau. Aussi, les signataires proposent que ce dispositif soit financé par l’État et les collectivités locales. Le Comité social et économique des entreprises pourrait également y participer.

 

*Aix-Marseille-Provence, Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble-Alpes, Lille, Lyon, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice-Côte d’Azur, Paris, Orléans, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours

 

Les plus consultées

8 applications pour vous aider à déconnecter pendant les vacances

Une étude menée par Ifop-Securex a révélé que 78% des cadres consultaient leurs mails pendant les week-ends et les vacances. Un réel problème de surconnexion qui joue sur la santé et le bien-être de ces derniers.

Chiffres clés bureaux 2ème trimestre 2021

Retrouvez notre analyse du marché de l'immobilier tertiaire pour le 2ème trimestre 2021

marche-tertiaire-nantes-arthur-loyd-immobilier-entretprises-chiffres-cles-2eme-trimestre-2021-transactions-m2-loyer-compte-propre

L’indispensable du marché tertiaire Nantais - 2ème trimestre 2021

Chacun se posait la question de l’ampleur du rebond du marché de l’immobilier tertiaire sur ce premier semestre de 2021. En l’occurrence avec 64 587 m² (dont 15 000 m²) de compte propre, le marché Nantais retrouve les niveaux de 2018 / 2019 avec une véritable profondeur de marché puisque 145 transactions ont été référencées dans la période. Au chapitre des valeurs, nous notons la confirmation d’une certaine inflation particulièrement sur les surfaces à la vente ; cette même tendance s’exprime également à la location avec une augmentation du loyer moyen lorsque les surfaces sont bien localisées et bien aménagées.