« Les villes où il fait bon travailler » d’après le Baromètre Arthur Loyd édition 2021

18 janvier 2022
Photo Plateau B SMART Arthur Loyd

Cevan Torossian, Directeur Associé Études & Recherche d’Arthur Loyd, invité d’Eva Ben Saadi sur la chaine B SMART nous apportait, vendredi 14 janvier 2022, un éclairage sur l’impact de la crise sanitaire sur les grandes métropoles françaises et dressait le podium des villes les plus plébiscitées par les salariés français en 2021.

La crise sanitaire a entrainé de nombreux bouleversements depuis 2 ans, et rebat notamment les cartes et en termes d’aspirations de lieux de travail. L’incursion du télétravail ayant en effet déclenché un grand mouvement lors du premier confinement, del’Ile-de-France vers les régions.  

Un phénomène qui se poursuit aujourd’hui et bien que les chiffres concernant les mouvements de population soient encore peu nombreux, des tendances se dessinent en termes de créations d’emplois et de transactions immobilières dans le résidentiel, et cela pourrait perdurer dans le temps.  

Le télétravail a en effet favorisé en partie la « fuite » des talents de la région parisienne. S’il est désormais possible de passer une majorité de sa semaine, week-end compris, dans un autre lieu que près de ses bureaux, de nombreux actifs envisagent la possibilité de vivre à 1h ou 2h de Paris en réfléchissant à une recomposition lieu de vie / lieu de travail.

Ce défi managérial incite certaines entreprises à revoir leur organisation en prenant en compte ces nouveaux usages et attentes de leurs collaborateurs. Le siège social, lieu de rencontres, d’apprentissage et de la vie de l’entreprise, voit son rôle se renforcer. Mais des sites satellites, hubs régionaux, voire abonnements à des espaces de coworkingfont désormais partie de la palette d’outils pour maintenir la cohésion des équipes tout en garantissant une certaine productivité.

D’autre part, de nombreuses métropoles régionales se sont montrées plus résilientes et donc plus attractives avec un niveau de création d’emplois plus important que l’Ile-de-France, habituellement moteur de l’économie française, aujourd’hui en convalescence. Cela s’explique notamment par un grand nombre de secteurs représentés comme l’événementiel, la culture ou encore le tourisme, qui ont été les plus touchés pendant la pandémie.  

Parmi les villes les plus plébiscitées pour vivre et travailler cette année, Lyon fait une nouvelle fois la course en tête suivie des deux autres très grandes métropoles, Bordeauxet Toulouse.  

Ce qui ne veut pas dire que les plus petites agglomérations ne regorgent pas d’idées pour rendre leur territoire plus attractif.  

Un classement sans surprise si l’on reprend l’exemple de la Métropole de Lyon, qui gagne environ 20 000 habitants chaque année depuis 10 ans. Cette dernière a néanmoins su renforcer son attractivité pendant la pandémie.  

Dans la catégorie des « métropoles intermédiaires » Brestprend la première place du podium suivie de Tour, qui a su offrir aux travailleurs, sa proximité avec la capitale (1h de Paris), son grand bassin d’emploi et sa qualité de vie très appréciée avec, notamment, ses 600 hectares de verdure. Clermont-Ferrand ferme la marche en prenant la 3e place du podium.  

Enfin, pour la catégorie des territoires de fraction inférieure, Valenceconfirme son attractivité année après année grâce à la connexion que lui confièrent ses 2 gares TGV mais également ses efforts entrepris sur la requalification de son centre-ville, son dynamisme économique et sa croissance de population équivalente à des métropoles de plus grande taille.    

Deux indicateurs ont majoritairement participé à l’attractivité de ces territoires :  

L’investissement dans les infrastructures visant à capter le capital humain, en faisant grandir les campus, ou en améliorant l’offre de formation par exemple.

Et l’amélioration de la qualité de vie à travers une offre culturelle diversifiée, un embellissement, voire une restructuration urbaine, une offre de services à la population et un coût du logement attractif …  

Les villes étant à même de proposer une proximité avec la mer ou la montagne sortent souvent gagnantes de cette course à l’attractivité, bien que ce critère ne soit pas suffisant si l’on en juge la très bonne 3ème place obtenue par Strasbourgdans le Baromètre Arthur Loyd 2021.


Couverture Baromètre Arthur Loyd 2021 Attractivité des métropoles françaises et résilience des territoires

Articles en lien

Photo entrepôts logistiques

Communiqué de presse : Lancements de plate-formes logistiques en blanc : stop ou encore ?

Pas moins de 12 programmes sans locataire identifié ont été mis en chantier au T1, pour un total de 669 000 m². Soit un chiffre équivalent à l’ensemble des plate-formes livrées en France en 2021, après lancement en blanc. Néanmoins l’immobilier logistique a connu une « brusque évolution au cours des derniers mois, percuté de plein fouet, comme d’autres secteurs, par les évolutions géopolitiques et macroéconomiques récentes », note Didier Terrier, directeur général d’Arthur Loyd Logistique.

Modélisation 3d bureaux Bordeaux

Pourquoi louer des bureaux à Bordeaux Euratlantique ?

Bordeaux et sa métropole séduisent chaque année de plus en plus de chefs d’entreprise en recherche d’un territoire d’implantation dynamique en Nouvelle-Aquitaine. Dopée par sa croissance démographique ainsi que par les multiples projets urbains entrepris ces dernières années, la métropole de Bordeaux compte parmi les plus attractives de France.

Photo aérienne La Grande Motte

Résidentialiser l’habitat des stations du littoral : une idée qui suit son chemin

Transformer en appartements de 2 à 4 pièces les studios-cabines obsolètes des stations du littoral – La Grande-Motte, Cap-Agde… -, en les fusionnant après réhabilitation : c’est l’idée portée par Xavier Bringer, directeur associé de M&A (Montpellier).