Le retour au bureau : un réel enjeu pour les entreprises

8 juillet 2021

La crise du Covid a modifié nos méthodes de travail de façon précipitée et les interrogations sont aujourd’hui multiples :

Comment contrer les risques de pandémies sur le lieu de travail ? Qu’attendent les salariés de leur retour au bureau ? Quelle stratégie immobilière adopter ?

Malgré une expérience plutôt positive du télétravail pour la majorité des salariés, le bureau reste le lieu d'activité privilégié.

Une enquête menée par Deskeo révèle d’ailleurs que “76 % des personnes interrogées regrettent leurs bureaux”.

Seul bémol, 56 % des actifs appréhendent le respect des règles sanitaires et redoutent le retour en entreprise, selon une étude Malakoff Humanis.

Pour faire face aux enjeux de sécurité et de santé, les entreprises devraient, à l’avenir, se pencher sur 3 points clés :


L’aménagement des espaces de travail

dans lequel le design pourrait en partie aider à transformer les comportements des individus et leur permettre de se tenir à bonne distance les uns des autres : bureaux espacés, signaux visuels, formes circulaires au sol...


La technique lourde des bâtiments

qui amènera très certainement les entreprises à favoriser des immeubles de bureaux où la qualité de l’air fera l’objet d’une véritable préoccupation afin de limiter les risques de propagation de virus et autres maladies. Les bâtiments certifiés pourraient être privilégiés.


La gestion des flux et des rencontres

qui devra très probablement nécessiter, sur le long terme :

- de maintenir un sens de circulation unique dans les parties communes

- de conserver des portes d’entrées et de sorties différentes

- de limiter le nombre de personnes dans l’ascenseur

- d’éviter le face-à-face dans les bureaux partagés

- de permettre une distance d’au moins un mètre entre les collaborateurs

Et ainsi passer du smart building au safe building.

Désormais perçu comme un univers collaboratif, le bureau, tel qu’on le connaissait avant la pandémie, laisse place à une organisation du travail en deux temps :

- Le distanciel pour les tâches individuelles

- Le présentiel pour assurer le travail d’équipe, la cohésion, et la créativité.

En outre, les entreprises devraient désormais miser sur une stratégie plus hybride dans laquelle siège social plus flexible et plus central, télétravail et tiers-lieux cohabitent.


De fait, à l’avenir, les salariés souhaitent travailler :



"Cela fait 8 ans que je suis dans mon entreprise, je n’ai donc pas eu de mal à garder le contact à distance avec mes collègues mais les relations sont devenues beaucoup plus formelles et le rythme de travail beaucoup plus intense : terminé les pauses déjeuner, les discussions entre deux dossiers à la machine à café... ma vie professionnelle est désormais uniquement rythmée par les différents projets et réunions en visio à gogo.

Je pense qu’un retour partiel au bureau nous permettrait de retrouver un rythme de vie un peu plus normal avec des temps de pauses qui permettraient de s’aérer la tête !"

Homme 56 ans 

Directeur commercial 

vit seule dans un T3 en région parisienne (92)


"Lorsqu’on a la chance de collaborer avec des collègues avec qui l’on s’entend bien dans des bureaux agréables, je pense qu’il est essentiel de pouvoir conserver des moments en présentiel pour générer un esprit d’équipe et créer des liens forts.

Je ne souhaiterais pas revenir 5 jours au bureau ! Mais selon moi, 3 jours de télétravail et 2 jours de bureaux / déplacements serait l’idéal."

Femme 51 ans 

Directrice des Opérations (Europe) 

vit en couple dans une maison avec jardin en région parisienne (91)


"Le travail à distance à temps complet nous a obligé à revoir notre manière de travailler. Dans mon entreprise, cela fonctionne plutôt bien. J’ai la chance d’avoir des supérieurs qui me font confiance et qui ont connaissance de l’importance de ma charge de travail.

Ce qui pourrait être un frein selon moi, c’est le nombre d’outils de communication utilisés : téléphone, sms, emails, WhatsApp, Lync, Skype et Teams... Je suis régulièrement sollicitée de tous les côtés et c’est difficile à gérer. Compliqué d’être réactif sur tous les canaux en même temps !

2 ou 3 jours de télétravail me semble être une organisation convenable à l’avenir."

Femme 35 ans 

Conseillère de vente automobile 

Vit en couple avec enfant en bas âge à la campagne (60)


Propos recueillis par Arthur Loyd (mars – avril 2021)


Articles en lien

Photo entrepôts logistiques

Communiqué de presse : Lancements de plate-formes logistiques en blanc : stop ou encore ?

Pas moins de 12 programmes sans locataire identifié ont été mis en chantier au T1, pour un total de 669 000 m². Soit un chiffre équivalent à l’ensemble des plate-formes livrées en France en 2021, après lancement en blanc. Néanmoins l’immobilier logistique a connu une « brusque évolution au cours des derniers mois, percuté de plein fouet, comme d’autres secteurs, par les évolutions géopolitiques et macroéconomiques récentes », note Didier Terrier, directeur général d’Arthur Loyd Logistique.

Modélisation 3d bureaux Bordeaux

Pourquoi louer des bureaux à Bordeaux Euratlantique ?

Bordeaux et sa métropole séduisent chaque année de plus en plus de chefs d’entreprise en recherche d’un territoire d’implantation dynamique en Nouvelle-Aquitaine. Dopée par sa croissance démographique ainsi que par les multiples projets urbains entrepris ces dernières années, la métropole de Bordeaux compte parmi les plus attractives de France.

Photo aérienne La Grande Motte

Résidentialiser l’habitat des stations du littoral : une idée qui suit son chemin

Transformer en appartements de 2 à 4 pièces les studios-cabines obsolètes des stations du littoral – La Grande-Motte, Cap-Agde… -, en les fusionnant après réhabilitation : c’est l’idée portée par Xavier Bringer, directeur associé de M&A (Montpellier).