La métropole de Montpellier gagnerait à s'étendre, selon le préfet de l'Hérault

Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault, était à l’offensive, le 28 juin, lors d’un dîner-débat du Cobaty Montpellier Méditerranée (président : Abdel Ameur). Sur la taille de la métropole de Montpellier, tout d’abord, jugée trop petite pour peser face à la concurrence de Toulouse, Barcelone, Lyon ou Marseille.

lire l'article montpellier-place-de-la-comedie

« On ne va pas se mentir : Montpellier n’est pas une vraie métropole. Regardez, en comparaison, Lille-Roubaix-Tourcoing ou Aix-Marseille ! »  

Pour accroître son poids démographique, et percevoir davantage de dotations de l’État, le préfet Moutouh préconise un rapprochement de la métropole de Montpellier avec le Pays de l’Or et Sète Agglopôle, où se trouvent respectivement l’aéroport et un port en eaux profondes, « deux outils de développement économique extraordinaires ». Pour qu’un tel ensemble soit accepté, politiquement parlant, la présidence devrait, selon lui, revenir au maire d’une commune autre que Montpellier.  

 

Assouplissement du Zan et habitat flottant

Constatant la très forte pression démographique et immobilière dans l’Hérault, le préfet veut par ailleurs assouplir le carcan du Zan (zéro artificialisation nette), qui contraint les opérateurs et les collectivités dans leurs projets. « Je ne suis pas 'fan' du Zan. L’application stricte du Zan me semble très compliquée, a fortiori dans l’Hérault, qui est le 3e département français par son attractivité, en France. » Il promet une « lecture dynamique du Zan, basée sur le mouvement plus que sur les chiffres ». Autre annonce remarquée : « Je veux qu’on en termine avec les Scot (schémas de cohérence territoriale) en cours, j’accélère les signatures. Il faut que l’on passe à autre chose. L’élaboration interminable des Scot génère des paralysies en cascade. »  

 

Cet agrégé de droit public, âgé de 54 ans, a aussi taclé le concept de ville du quart d’heure, « une vision très ‘bobo’. Nous ne sommes pas tous piétons. » Le préfet Moutouh voit d’un bon œil, en revanche, les métropoles linéaires, le long de l’axe ferroviaire, entre Lunel et Béziers, ou encore la signature de contrat de coopération entre la métropole de Montpellier et les intercommunalités voisines. Après le Cœur d’Hérault, d’autres devraient suivre prochainement. « Le bassin de vie, dans l’Hérault, c’est la frange littorale. C’est là où vit 80 % de la population », a-t-il martelé.  

 

Le préfet s’est enfin dit favorable à l’expérimentation d’habitat flottant fluvial à Agde, « que Jean Castex a validée le matin même de sa démission de Matignon », le 16 mai dernier.

D'autres articles qui peuvent vous intéresser

Photo aérienne La Grande Motte

Résidentialiser l’habitat des stations du littoral : une idée qui suit son chemin

Transformer en appartements de 2 à 4 pièces les studios-cabines obsolètes des stations du littoral – La Grande-Motte, Cap-Agde… -, en les fusionnant après réhabilitation : c’est l’idée portée par Xavier Bringer, directeur associé de M&A (Montpellier).

Photo vignobles crépuscule

BLB Vignobles : à Combaillaux, de la RSE dans le vignoble

Discret acteur viticole basé à Combaillaux, aux portes de Montpellier, BLB Vignobles (des initiales du propriétaire œnologue Bruno Le Breton), spécialisé dans la vente de bouteilles par correspondance, est engagé dans une démarche RSE exemplaire, depuis une dizaine d’années : première exploitation HVE (Haute Valeur Environnementale) de l’Hérault en 2013, première entreprise viticole familiale ISO 26000 (RSE) en 2015, première société à mission vitivinicole familiale en 2021.

contournement-ouest-montpellier-debut-travaux

Le COM, maillon essentiel de la mobilité montpelliéraine, enfin sur les rails

Ce projet de barreau autoroutier fera la liaison, sur 6 km, entre la fin de l’autoroute A750, à Juvignac (nord de Montpellier) et l’A709 à Saint-Jean-de-Védas.

Toutes nos offres :
Bureaux, locaux commerciaux, locaux d'activité et terrains, ...