Vers des espaces de travail adaptés à notre cerveau...

Afin d’améliorer la productivité et le bien-être de leurs équipes, beaucoup d’entreprises ont recours à des pratiques telles que les formations, séminaires, programmes de coaching ou les éternels bonus et primes…

Mais… s’il suffisait de revoir l’organisation ?

Cornerstone onDemand & Harvard Business School le confirment dans leur étude Who sits where at work  : une reconsidération de l’emplacement des collaborateurs au bureau permettrait un gain de performance de 15% !

Les employés étant généralement répartis par services ou départements, la prise en compte des prédispositions cérébrales de chaque salarié est très largement laissée pour compte lors de l’organisation des espaces de travail.

Or ! Il existe 3 catégories de salariés :

Les Productifs : dont le mot d’ordre est « efficacité »… parfois au détriment des détails.

Les Qualitatifs : minutieux, à la limite du perfectionnisme, mais qui peuvent manquer d’efficience.

Et enfin les Généralistes : à la croisée des chemins entre rendement & méticulosité, qui opère vite & bien.

De façon contre-intuitive, les Productifs gagneraient en fait à travailler auprès des minutieux et perfectionnistes Qualitatifs et inversement. En effet, la complémentarité de leur soft skills serait favorable aux uns comme aux autres.

Les Généralistes pourraient, quant à eux, se regrouper, voire dans un monde idéal, se rapprocher géographiquement de l’une ou l’autre des catégories en fonction de la tache / le projet / la mission sur laquelle ils travaillent.

Mais plus encore que l’adaptation de l’espace physique en fonction des aptitudes de chacun, il est important de se rappeler que nous ne sommes pas tous égaux en matière de concentration et de tolérance au bruit. Conversations téléphoniques, discussions internes, passages… perturbent l’attention d’une partie importante des effectifs. 87% des utilisateurs en open space se disent dérangés par le bruit selon l’étude SFL IFOP Workplace 2016.

Distraits toutes les trois minutes environ, les collaborateurs mettraient en moyenne 23 minutes à se reconcentrer après une interruption (Steelcase). Une perte de temps considérable pour la productivité des entreprises.


Cerveau x Bureau = Banco !

Des recherches en neurosciences ont montré que les trois modes de fonctionnement du cerveau que sont « la concentration », « la régénération & inspiration », et « l’activation » ont besoin de pouvoir évoluer dans un environnement propre à chacun.  

L’Étude Think Better, Steelcase révèle qu’environ 20% des français ont besoin de silence pour travailler. Pour autant 39% d’entre eux déclarent ne pas avoir d’espaces dédiés au calme et à la concentration si bien que près de 30% ne se sentent pas pleinement productifs.

Au travail pas de place pour le repos : L’étude montre que les espaces détente sont essentiels à la régénération du cerveau, à l’inspiration et la créativité. Or ! Ceux-ci sont encore peu valorisés par les entreprises aujourd’hui, tant et si bien que 2/3 des français n’ont pas accès à un espace favorisant le repos sur leur lieu d’activité.  

Il faut bouger bouger… Enfin, et toujours dans une optique de respect du rythme du cerveau, une activité physique régulière et un changement de posture se révèlent bénéfiques à la phase d’activation qui permet une meilleure concentration sur les tâches les plus complexes.

Si le matériel ergonomique n’est pas encore adopté par la majorité des entreprises - car considéré comme trop couteux - inviter ses employés à bouger, marcher ou se lever quelques minutes est indispensable. La seule limite étant celle de l’espace qui doit être prévu à cet effet. Parmi les défenseurs historiques de cette méthode, l’inénarrable Steve Jobs faisait la majorité de ses réunions en marchant dans & en dehors du siège de la firme à la Pomme, à Cupertino.

Dans un monde (professionnel) idéal, les espaces de travail seraient multiples et modulables avec des zones aménagées spécifiquement selon les modes d’activité du cerveau et les aptitudes de chacun.

Nous, Conseil en Immobilier d’Entreprise, observons des plus en plus ce type de réflexion chez nos Clients. Le déménagement d’entreprise s’avère être un moment clé pour redéfinir les espaces en fonction des usages. C’est pourquoi, Arthur Loyd propose - lors de chacune de ses missions de conseil – une approche innovante de modélisation des espaces et d’accompagnement au changement pour des bureaux personnalisés et ergonomiques qui favorisent la productivité et la cohésion entre tous les collaborateurs.

 

Merci d'avoir lu cet article.

Vous a-t-il plu ?

 


Arthur Loyd cherche constamment à améliorer la qualité de ses contenus. Votre opinion est donc essentielle pour nous.  

 

 

 


Lire également :