Avec l’avènement des nouvelles technologies permettant l’ultra mobilité, il est indispensable de donner du sens à son siège social

Mais peut-on encore simplement parler d’« espace de travail » ? Si la réponse peut paraitre évidente, nous observons chez les entreprises un redoublement d’efforts pour en faire un véritable lieu de vie au sens plus large que sa finalité première.

Longtemps perçu comme un aspect statutaire de l’entreprise, nous assistons depuis quelques années à une remise en question de cette symbolique. Encore considéré comme un « poste de pilotage » chez nos voisins britanniques, il s’envisage désormais comme un lieu de socialisation chez nous, français : la « maison commune » de tous les salariés, lieu de l’intelligence collective de l’innovation et du partage.

La notion même de « bureau » et son approche fonctionnelle, cède alors peu à peu la place à une démarche davantage centrée sur l’utilisateur.


Le siège social comme « hub de compétences » !

S’il conserve bien évidemment sa fonction d’« exemple » de tous les autres bâtiments de l’entreprise – en terme d’innovations & d’aménagements – il doit aujourd’hui pouvoir remplir la fonction d’« écosystème de relations », ou de « communauté » dans laquelle chacun joue un rôle essentiel au bon développement de l’activité.

Afin de remplir la mission de "catalyseur de l’innovation", les entreprises renoncent de plus en plus aux bureaux fixes, et misent sur le nomadisme interne ou encore le coworking

Le siège social doit, plus que jamais, devenir l’endroit idéal pour interagir à des instants clés avec la direction, la stratégie ou les équipes ressources. Un lieu-dit « apprenant » pour se retrouver, échanger et travailler en « mode projet ».

Les nouveaux modèles immobiliers comme le coworking, le corpoworking, le coliving (& tous leurs hybrides) ainsi que les  modes de travail nomadesflex office, home office… -  apportent de nouvelles réponses & challengent l’organisation traditionnelle des bureaux.


Mais pourquoi tant d’entreprises sont aujourd’hui attirées par ces nouveaux modèles ?

1| Gagner en efficacité et en créativité en laissant à ses collaborateurs la possibilité de choisir leur lieu de travail en fonction de leurs missions et donc, d’optimiser leur capacité de concentration et leur inspiration.

2| Rompre la monotonie en changeant régulièrement d’espace de travail, pour maximiser les rencontres et les échanges mais également gagner en autonomie.

3­| Réduire « les temps perdus » pour permettre aux salariés de gagner en qualité de vie et assurer à l’employeur d’avoir des équipes plus productives puisqu’elles pourront de ce fait accroitre leur temps de travail.

4| Avoir un impact positif sur l’environnement, notamment en réduisant les déplacements pendulaires et donc les émissions de CO2.

Pour autant, le siège social doit rester un véritable point d’ancrage pour la culture de l’entreprise et une aventure humaine au profit de sa création de valeur.

 


 

Vous l’aurez compris, transformer ses modes de travail vers une méthode plus « agile » n’est pas une mince affaire et nombreuses sont les réticences des managers qui vont devoir apprendre à communiquer autrement pour motiver et fédérer, même à distance.
Le comité de Direction des entreprises, notamment les DAF & DRH, ont un rôle prépondérant dans ce genre de réflexions. C’est notre conviction qu’
un tel projet ne peut se mener sans un conseil en immobilier d’entreprise. Les solutions sont multiples & complexes et les écueils nombreux. Les retours d’expériences de nos clients le montrent : plus ils ont intégré Arthur Loyd en amont de leur réflexion, plus le processus de décision a été facilité en interne.


 

 

Merci d'avoir lu cet article.

Vous a-t-il plu ?

 

 


Arthur Loyd cherche constamment à améliorer la qualité de ses contenus. Votre opinion est donc essentielle pour nous.  

 

 

 


Lire également :